Au-dessus de l'Agitation du Monde

Je m'élève et me place au-dessus de l'agitation du monde.
De là-haut, je nous regarde et je me dis :
➰ Qu'est-ce c'est que toute cette agitation ?
➰ Pourquoi s'agite-t-on ainsi ?
➰ Pourquoi s'essouffler, s'époumonner de la sorte ?
➰ Qu'espère-t-on trouver dans tout ce bruit, dans toute cette pollution ?
➰ Ai-je envie de retouner parmi tous ces agités ?


Cirque-Trapèze-Inversé Plusieurs fois, je suis retournée dans l'agitation du monde.
J'avais envie de faire partie, envie d'exister, d'être reconnue par mes paires… et pour cela, je m'agitais moi-aussi…
Je m'agitais, je m'essoufflais, je m'époumonais ! Je leurs disais :
- "Regardez-moi, je suis là, j'existe, je veux vivre et grandir avec vous !"



Mais, j'ai fini par le comprendre, dans ce monde d'agités, rien n'existe ni personne !
L'inconscience manipulée conduit les « agités » à une vie d'esclaves consentants,
voulants surtout que rien ne change.
Je me souviens que, quand j'étais toute jeune fille, je me disais souvent que j'avais envie d'être différente des autres, je ne voulais pas ressembler à tous, je voulais me distinguer et je me demandais comment faire…
Après quelques tentatives vestimentaires et existencielles non concluantes, j'ai cessé de cultiver la différence… J'ai assez vite réalisé que cela ne me menait nul part.
Néanmoins, je n'avais pas fait taire ce besoin de distinction. Je restais donc avec cette insatisfaction au fond du cœur, ce sentiment de ne pas être allée au bout de quelque chose ou de ne pas m'être comprise…
En effet, en renonçant à me distinguer, il me semblais que je renonçais à moi-même et que je me perdais.
En même temps, en mûrissant, je me sermonais intérieurement !
Je me disais :
✣ Tu exagères, quel mal y a-t-il à être comme les autres ?
✦ Ton arrogance a-t-elle besoin de tant de place ?
☆ Ton égocentrisme va-t-il devenir ton Maître ?
✧ Un peu d'humilité, ma belle, et ça ira mieux !
Mais plus je m'efforçais à l'humilité et moins ça allait mieux, au point que j'essuyais une dépression sévère.
C'est alors un électrochoc affectif qui me coupait définitivement de l'agitation du monde.
J'AI FINIS PAR LE COMPRENDRE, DANS CE MONDE D'AGITES, RIEN N'EXISTE NI PERSONNES !
L'INCONSCIENCE MANIPULEE CONDUIT "LES AGITES" A UNE VIE D'ESCLAVES CONSENTANTS,
VOULANT SURTOUT QUE RIEN NE CHANGE.


Je n'ai pu me laisser contaminer par ce cancer généralisé de la non-vie.
L'appel de la vie, L'Appel du Chemin est plus fort en moi et jamais plus je ne regarderai, au-dessous du monde, « les agités » s'essouffler, s'époumonner, se fratricider. Chaque jour, instant présent après instant présent, je crée un monde de plus en plus conscient, de plus en plus paisible, de plus en plus fraternel et libre.
Et ?… Quel bonheur !
Je me rends compte que je ne suis pas seule au-dessus du « monde des agités »…
D'autres sont là depuis bien plus longtemps que moi.
Ils me regardent, j'existe, je vis et je grandis avec eux, parmi eux. Enfin je fais partie et suis reconnue par mes paires qui sont pour moi des maîtres et des amis.

Quand il m'arrive encore d'ête triste…
Quand il m'arrive encore d'ête triste à l'idée que je n'ai pas vécu assez avec ceux que j'aime et qui sont restés dans « le monde des agités », je transforme ma peine en reconnaissance. Grâce à ce chemin que j'ai fais avec eux, j'ai été amené à choisir la Vie, et la profondeur de mes blessures m'a servie de carburant pour m'extraire de l'attraction prodigieuse de l'agitation.
Aujourd'hui, j'ai réussi à réconforter la toute jeune fille que j'étais. Elle s'est réconcilliée avec son égo car elle a compris que ce qu'elle voulait alors, ce n'était pas se distinguer mais seulement accéder à sa nature profonde.
Et oui, on ne ressemble à personne quand on est tout simplement soi-même.
Cirque-Jonglage
Quand il m'arrive encore d'être triste…
Alors, je me relie au Ciel, je m'ancre dans la Terre et me centre en mon cœur. Je m'installe dans l'Harmonie et déclare que tous nous sommes libres.
Il faut seulement comprendre que la liberté ne se reçoit pas, qu'elle se prend ! Chacun doit faire cette démarche pour lui-même et ainsi déclarer qu'il est de plus en plus libre.

Je suis heureuse d'avoir choisi la Vie, la Liberté, l'Harmonie.
Chacun est responsable de ses choix et cela ne nous empêche pas de nous aimer.
Comme on ne reproche pas à un oiseau de s'envoler,
on ne reproche pas à un humain de vivre son humanité.
L'amour se joue des frontières, même entre les mondes…


Je souhaite à tous de trouver force et courage pour s'extraire de l'attraction prodigieuse de l'agitation et de trouver le chemin de son humanité, le chemin vers la Vie, la Paix, la Fraternité et la Liberté…
Plume

Qu'il en soit ainsi,