La Magie des Mandalas

Avant d'entrer dans le vif du sujet, je souhaite préciser que mon propos traite d'une pratique que chacun peut s'approprier simplement pour se faire plaisir et se faire du bien, et non pas de l'Art pratiqué par certains artistes spirituels (avec des règles géométriques ou symboliques).
Mandala-Serpentine

Sachant cela, dans un panier devant sa porte, on dépose scrupuleusement toutes nos limites : la peur de ne pas savoir s'y prendre, la peur de ne pas aboutir à quelques-chose de beau, d'être ridicule…, en fait, tout ce qui alourdit notre créativité.
Ainsi allégé, même si on reste un peu timide (on peut commencer pas un simple crayon de papier), on se munit d'une feuille blanche et d'un petit moment de tranquillité.

Le secret, c'est de commencer… par le commencement, c'est-à-dire par le centre…
Demandez-vous : - Par quoi ai-je envie de commencer ? 
Par un point, par un cercle, par un carré, par une étoile ou quelques autres formes géométriques ? Êtes-vous de ceux qui se sentent à l'aise avec une règle, un compas, une équerre ou préférez-vous vous lancer à main levée ?
Auquel cas commencerez-vous par une fleur (et quelle fleur ?), par une toile d'araignée, par un damier, une spirale ou un dessin plus figurative comme un oiseau simplifié, un papillon, une maison, un bateau, une lettre de l'alphabet… ?
Ensuite, à partir de ce centre, essayez de tisser la suite en circulaire, c'est-à-dire autour de votre premier dessin ; c'est soit une continuité, soit quelque chose de complètement différent, sans lien apparent ni logique avec le centre, tout est permis. Chaque mandala commencé doit aboutir jusqu'à ce qu'il arrive aux limites de la feuille ou que vous jugiez qu'il est terminé.


Gardons à l'esprit que l'on n'est pas là pour produire quelque chose de beau ou qui doit avoir du sens pour quelqu'un d'autre.
On est là pour laisser parler son intuition, sa créativité, sans censure ni jugement.

❤️ Vous avez envie de changer de couleur ? Faites-le !
💙 Vous avez envie d'écrire un mot ? Faites-le !
💜 Vous avez envie de cerner votre mandala, d'en limiter le contour extérieur ? Faites-le !
💚 Vous avez envie de faire ce qui ressemble à une grosse tâche ? Faites-le !
💛 Ou bien, vous avez lamentablement raté la forme que vous vouliez ajouter ? Ne chiffonnez pas votre feuille pour recommencer (ou pour renoncer). Votre forme ratée fait partie du dessin, incorporez-là, faites-lui une place, décorez-là, multipliez-là, faites-en une force !
💖 Chaque mandala est une aventure intérieure petite ou grande, toujours positive, jamais décevante car une fois terminé, même s'il ne vous apparaît pas « beau », vous êtes recentré, vous avez amélioré votre cohérence intérieure… Ainsi reconnecté à vous-même, vous vous sentez plus détendu, plus serein…

Pratiqué ainsi, le mandala est un exercice de reconnexion qui replace dans la simplicité et le goût d'entreprendre.
A chaque coup de crayon qui s'ajoute dans le silence et la spontanéité, on retrouve les racines de sa légende personnelle, on se replace dans l'essentiel.
L'inutile, le superficiel, le rigide (les préjugés, les limites ou les ambitions que l'on a accepté d'un autre, les pressions mondaines, les prétextes sans fondement…) sont remis à leur juste place à l'extérieur du dessin. Ils ne font plus partie du paysage, ils ne nous limitent plus et c'est ce qu'il y a de si enthousiasmant ! Tout devient facile et c'est cela la réalité.
Nos limites ou celles que l'on a accepté comme telles sont une vue de l'esprit que l'on a admise et que l'on entretient.
Si on se focalise sur notre mandala intérieur, nos limites se dissolvent progressivement et on réalise alors naturellement notre bonheur, sans violence, sans renoncements, avec juste un peu de cœur et surtout l'envie d'être heureux.
Entr'acte
Il y a quelques années de cela, je me faisais du soucis pour un de mes garçons. Il avait 7 ou 8 ans et il était déprimé. Il se sentait mal, mal à l'école, mal à la maison… Il me semblait avoir tout essayé pour l'aider et la situation ne s'était pas arrangée, c'était même le contraire ; je n’arrivais plus à communiquer, j'étais épuisée de le soutenir et lui reprochais de se complaire dans son malheur… Un matin, je sortais sans réfléchir plusieurs modèles de mandala… et proposais à mon fils d'en colorier un avec moi…
Nous nous sommes mit tous les deux à colorier sans parler, chacun selon son envie ou sa place par rapport à la feuille…
- « Tu pourras me passer ton crayon quand tu auras fini s'il te plaît ?
- Tiens.
- Merci…
- Ah, je voudrais bien le tien après s'il te plaît…
- Bien sûr, je te le passe dès que j'ai fini… Au fait, as-tu envie de manger quelque-chose de spécial, à midi ?…»
Comme c'était un modèle assez compliqué, nous n'avons pas fini le jour même et nous l'avons terminé quelques jours après. Je me rendis compte alors que sans parler, sans même avoir identifié le problème, la communication avait été restaurée.
En réalisant cette œuvre commune, côte à côte, nous avons soigné le problème, notre relation détériorée et l'âme blessée de mon fils…
Je vécu cela comme un miracle ; nous nous étions simplement recentrés et reconnectés à notre amour partagé, à notre simple et pure lumière intérieure…

Je renouvelle régulièrement cette belle expérience en invitant mes enfants à réaliser ensemble un mandala, à deux, à trois, même à quatre, c'est possible… Il faut être un peu plus patient, se laisser respectivement la place en taillant un crayon, en discutant d'une forme, en demandant la permission d'intervenir sur une autre ou de la copier…

Mandala-Vitrail
  • Vous avez remarqué que dans cet exemple, nous avons utilisé un support prêt à l'emploi… et le résultat a été très satisfaisant.
    C'est en effet une possibilité mais si vous réalisez vous même la structure de votre dessin, vous apportez un soin sur mesure à votre âme, vous vous investissez jusque dans le squelette de votre intériorité et, c'est presque le plus important, vous prenez l'habitude de prendre en charge votre guérison et votre accès au bonheur…
  • Pour varier les plaisirs…
    Une variante consiste à se munir de craies de couleur et de réaliser un mandala (seul ou à plusieurs) sur une surface plus ou moins lisse, un mur ou un sol en ciment par exemple.
    On sait que la craie laisse une trace éphémère, cela donne un charme différent au plaisir que l'on éprouve, on réalise qu'il s'agit là d'instant présent, la plus précieuse de nos perception…

    Avec ou sans modèle, le mandala ouvre des perspectives insoupçonnées et toujours positives.
    La première est le plaisir que nos mains, nos yeux, notre cœur éprouvent quand ils voient se former cet ensemble qui nous rassemble dans ce qu'on a de plus essentiel.
    A mesure qu'on le pratique, notre perception s'affine, notre créativité s'affirme et s'enrichit.
    On expérimente les formes, les contrastes, le vide, et cela sans jugement, c'est-à-dire qu'on expérimente l'action sans la peur d'échouer. On ose davantage être soi-même, c'est un cadeau extraordinaire que l'on se fait et qui ne nécessite que des feuilles blanches et quelques crayons de couleur…
    Plume

    Je vous souhaite de vous réaliser,

    Mandalas

    • # Coucher d'étoile

    • # Arbre
    • # Mille et une nuits


    • # Serpentine

    • # Vitrail
    #
    #
    #